Role

03/02/2010

En général, le rôle des banques est d’émettre de la monnaie. Mise à part son rôle d’émettrice, elle finance l’économie du pays et collecte l’épargne des particuliers.
La source principale de financement des banques est le crédit.

Néanmoins, les banques sont sous une réglementation et une surveillance très stricte de l’Etat, qui s’appuie sur divers textes tels que le texte réglementaire en vigueur « Loi Bancaire » de 1984 où y figure la définition d’un établissement de crédits :


*Personne morale qui effectue à titre de profession habituelle des opérations de banque.

Les opérations bancaires se distinguent sous 3 formes :

  1. Réception de fonds publics
  2. Opérations de crédit (ex : prêt)
  3. Mise à disposition de instruments de paiement (ex : carte bancaire) à la clientèle

En France, les banques ont le monopole des activités bancaires. Mais il existe une exception dont la loi autorise certaines institutions qui n’ont pas de statut d’établissement de crédit à pratiquer des activités de banque.

Exemple :

  1. Institutions financières à statut spécialisé (ex : La Poste)
  2. Compagnies d’assurance (ex : AXA)
  3. Entreprises d’investissement
  4. Fond commun de créances
  5. Organismes collecteurs de la participation des employeurs à l’effort de construction (« 1% patronal)

Les banques, non seulement exercent le « commerce de l’argent », mais sont également les organismes qui produisent de la monnaie. Tout crédit accordé par une banque augmente la masse monétaire en créant un dépôt bancaire (monnaie scripturale) de montant équivalent, et tout crédit remboursé réduit la monnaie en circulation.

Les banques jouent un rôle économique très important dans les sociétés. Elles contribuent à orienter l’argent de ceux qui en ont momentanément trop vers ceux qui en ont besoin et présentent des garanties suffisantes. Elles ont un grand rôle dans la sélection des projets en fonction de leurs perspectives économiques.

Chaque banque est soumise à une supervision assez stricte par une autorité de tutelle, afin de vérifier la solidité de l’établissement financier par rapport aux risques auxquels ses opérations l’exposent tels que :

  1. Risque de crédit
  2. Risque de marché
  3. Risque pays
  4. Risque de liquidité
  5. Risque opérationnel

Les relations financières qu’entretiennent les banques au sein du système bancaire comme la faillite d’une banque, peuvent entraîner un effet de dominos sur d’autres banques, qui, faute d’avoir été remboursées par la banque défaillante, seraient à leur tour, incapables de faire face à leurs engagements. Ce scénario catastrophe pour le système bancaire (appelé risque systémique) entraînerait une contraction immédiate des crédits et une entrée en crise économique du pays faute de financements (Crise en Argentine).

Le régulateur oblige donc à respecter certains ratios financiers afin de limiter ce risque. Le plus connu est le ratio d’adéquation des fonds propres le ratio Mac Donought (anciennement ratio Cooke), récemment remis à jour dans le cadre des directives Bâle II, qui oblige les banques à un niveau de fonds propres minimum pour assurer les engagements de la banque.

Les commentaires sont fermés.