Historique

13/01/2010

L’origine de la banque remonte à l’époque de Babylone (2000 ans avant JC) où le prêt sur les différentes marchandises comme le grain, les céréales s’effectuait déjà dans les temples.

Au VIIème avant notre ère, c’est l’apparition de la monnaie ce qui a permis aux opérations de prêts et de dépôts de prendre de l’essor. Sous l’Empire romain, les banquiers privés (« argentarii ») diversifient leurs activités en avançant des fonds pour le compte de leurs clients moyennant des intérêts.

Dès l’époque du Moyen-Age, le commerce de banque prend de l’expansion grâce aux croisades qui stimulent les échanges internationaux. Les Italiens sont les premiers à créer la première banque à Florence, place bancaire de première importance. Ensuite, ce sont les Templiers et les Juifs, dont chaque groupe structuré fonctionne en réseaux et donne une activité bancaire plus ordonnée avec de nouveaux instruments financiers qui ont permis la mise en place de crédit et une meilleure circulation de monnaie.

Au XIIème siècle, l’expansion du commerce permet l’apparition de nouvelles techniques bancaires comme l’intensification des échanges entre les commerçants, les marchands entre l’Italie et l’Orient mais aussi ceux de l’Europe du Nord (Flandres, Angleterre, Toscane, Lombardie) grâce à l’importance des foires ce qui amène une grande mutation des opérations de banque. A cause des vols pendant les transports, on va dématérialise les sommes en numéraire en introduisant les premiers instruments négociables (lettres de change) qui permettent une meilleur souplesse.

A la Renaissance, on assiste à une création de véritables multinationales bancaires : Fugger (Allemagne), Médicis (Florence), aussi des familles génoises, milanaises…grâce à l’apparition du chèque et de la comptabilité. Grâce à la modernisation de l’économie, Londres et Amsterdam sont de véritables places financières mondiales. Comme par exemple, à Londres, où les orfèvres favorisent une nouvelle modernisation des techniques bancaires  c’est-à-dire l’or déposé chez ces artisans doit pouvoir être restitué à son propriétaire. Ensuite, des certificats de papier remboursables en pièces d’or seront mis en circulation à la place de l’or, la création monétaire devenant ainsi liée au développement économique et non plus au volume de métal précieux disponible. Progressivement, la valeur totale de ces billets de banque excédera la valeur de l’or contre lequel ils sont échangeables. Ce système de réserves fractionnaires est resté depuis à la base des systèmes bancaires actuels.

Fin XVIIème siècle et début du XIXème siècle, pendant la Révolution Industrielle, le secteur bancaire est stimulé par 3 éléments :
Le développement de la monnaie fiduciaire (ex : billets)
Le développement de la monnaie scripturale (ex : comptes)
Le développement du financement d’entreprises industrielles et commerciales, à travers l’émission de titres

Durant la même période, on assiste à l’apparition de grands établissements bancaires tels que la Société Générale en France, la Deutsche Bank en Allemagne, la Barclays Bank en Grande-Bretagne.

Au XXème siècle, à travers la crise économique de 1929, on impose l’idée de mieux réglementer la profession et d’instaurer un meilleur contrôle des fluctuations bancaires. Par exemple, aux Etats-Unis, le Président Roosevelt adopte des mesures bancaires strictes (« Banking Act » en 1933) entre les banques d’affaires et celles de dépôts, dans le cadre du New Deal. En 1945, en France, le Président De Gaulle, inclut une classification et un encadrement des banques en créant un Conseil National du Crédit et en parallèle, on assiste à la nationalisation de certains établissements de crédit (ex : Banque de France).

A partir de 1950, le secteur bancaire a pris une forte expansion grâce à un fort potentiel de clients par le biais d’une généralisation du compte bancaire. De plus, le phénomène de concentration des groupes bancaires, impliqué dans des activités financières, voit la création de pôles unissant des banques et des assurances dont leurs activités sont très développées dans le domaine industriel et immobilier.

Les commentaires sont fermés.